La RE2020 repoussée à 2022 : les changements - Jeremias Conduits de fumée
Actualités

La RE2020 repoussée à 2022 : les changements

Fin novembre, Barbara Pompoli, la ministre de la Transition écologique rendait publique les nouvelles normes de constructions neuves, répondant au principe de la RE 2020. Nouvelle annonce : le dispositif est repoussé à 2022. On fait le point.

Pourquoi reporter ?

Les objectifs généraux de la RE2020 restent globalement les mêmes que ceux annoncés en novembre dernier : sortie progressive des énergies fossiles, décarbonation des constructions sur le long terme, amélioration du confort intérieur, etc…

Seul le timing et quelques décisions ont été modifiés dans le but, selon le Ministère de la Transition écologique, de permettre à « l’ensemble de la filière et notamment aux concepteurs et promoteurs pour mettre leurs projets à venir en conformité avec les nouvelles exigences. »

Aussi, cela pourra donner le temps d’assouplir ou simplifier les formalités administratives liées au dépôt de permis de construire.

Interdiction du gaz en construction neuve : report de la sentence

Aujourd’hui, 1 logement individuel sur 5 est chauffé au gaz. Un chiffre qui avait fait réagir le gouvernement qui avait décidé de changer de cap et d’interdire progressivement l’installation de système de chauffage au gaz dans les constructions neuves individuelles, à partir de l’été 2021.

Concrètement, la nouvelle norme impose un seuil maximal d’émission de gaz à effet de serre tellement faible qu’il est impossible d’envisager une installation de chaudière gaz dans les maisons neuves. L’objectif ? La réduction d’au moins 30% de la consommation énergétique des habitations d’ici 2030. Ainsi, le gouvernement souhaitait encourager l’utilisation d’autres systèmes, comme celui du bois ou des pompes à chaleur, permettant de mieux répondre aux objectifs de la RE2020 et d’accélérer la rénovation énergétique dans les bâtiments.

 

Changements :

Les négociations avec les professionnels du secteur ont abouti à un ajustement, non des moindres.

Selon les textes du Ministère de la transition écologique « Pour ménager la transition prévue à l’entrée en vigueur, des permis de construire pour des maisons individuelles chauffées au gaz pourront encore être obtenus jusqu’à fin 2023 lorsqu’un permis d’aménager prévoyant une desserte en gaz a déjà été délivré. »

Le gouvernement travaille également sur un modèle permettant de lier les constructions neuves au développement du biométhane (gaz vert) et ainsi conforter davantage les professionnels qui avaient entrepris certains efforts pour promouvoir l’utilisation de gaz plus écologique.

Encouragement à la « mixité des matériaux »

Au départ, afin de suivre au maximum les objectifs de la mise en place du dispositif, le gouvernement avait encouragé l’utilisation de matériaux biosourcés, tel que le bois.

 

Changements :

Aujourd’hui, le discours a été légèrement modifié en intégrant la mixité des matériaux. Cela implique également la mise en avant des matériaux dits « géosourcés » (pierre de taille) mais aussi des matériaux plus usuels (brique et béton), à la condition qu’ils soient décarbonés.

La RE2020, une affaire à suivre…

Après s’être occupé des logements individuels, le gouvernement prévoyait, à l’horizon 2024, d’appliquer les mêmes restrictions dans la construction des logements collectifs. Actuellement, environ 75% de ce type de bâtiment utilisent le gaz pour chauffer les appartements.

L’ultime étape serait d’étendre cette norme aux bâtiments tertiaires, bureaux et bâtiments d’enseignement neufs, constituant une grande partie des gaz à effets de serre.

Sources : selectra.info / www.constructioncayola.com / www.europe1.fr / www.lci.fr / www.batiactu.com / www.immobilier.lefigaro.fr

JEREMIAS NEWS

Actualités du secteur, nouveautés Jeremias et bons plans en avant-première. Inscrivez-vous à notre newsletter.

Restons en contact

Comment pouvons-nous vous aider ?

Demander un rdv Demander un partenariat
Visite sur chantier
Trouver ma solution adaptée
close

Wishlist

close

Wishlist